ENTRETIEN. Hervé Berville, député LREM de Dinan : « La priorité absolue, c’est l’emploi ! » - Ouest France

Presse

Hervé Berville, député LREM de Dinan (Côtes-d’Armor), a suivi de très près l’élaboration du plan de relance annoncé jeudi par le Premier ministre. Il présente les principales mesures dont les Côtes-d’Armor pourraient bénéficier. Et annonce que la construction d’un nouvel hôpital à Dinan est « prioritaire ».

Hervé Berville l’affirme : les Côtes-d’Armor ne seront pas oubliées par le plan de relance de 100 milliards d’euros annoncé hier par le Premier ministre. Tour d’horizon des mesures annoncées avec le député de la circonscription de Dinan.

Le plan de relance est chiffré à 100 milliards. Quelles seront les retombées pour les Côtes-d’Armor ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais dire que ce plan de relance est la continuité du plan d’urgence que le gouvernement a engagé, en mars, dès le début de la crise sanitaire… On n’a pas attendu septembre pour réagir et s’occuper de l’économie. Dans les Côtes-d’Armor, ce plan d’urgence a permis à plus de 12 000 entreprises d’être accompagnées. L’enveloppe totale déjà débloquée pour le département s’élève à 550 millions d’euros. Elle a permis d’éviter l’hémorragie en matière d’emplois et de sauver un bon nombre d’entreprises…

« Aider à la modernisation des petites lignes »

Ce plan prévoit notamment 35 milliards pour les TPE/PME.

La priorité absolue, c’est l’emploi… On sait qu’il va y avoir des licenciements dans les prochaines semaines… Notamment dans des secteurs comme l’hôtellerie ou la restauration. J’en profite pour dire que dans ce secteur, le chômage partiel sera prolongé jusqu’à la fin de l’année.

Ce plan permet de relancer l’activité économique, en aidant concrètement les petites et moyennes entreprises qui constituent l’essentiel du tissu économique costarmoricain. Sur ces 35 milliards, les TPE/PME vont pouvoir bénéficier de 20 milliards d’euros de diminution des impôts de production. Si nous voulons relocaliser des entreprises dans notre département, si nous voulons qu’elles soient compétitives, il fallait baisser cet impôt qui est beaucoup plus lourd que chez notre principal partenaire et concurrent, l’Allemagne.

Autre mesure phare, l’emploi des jeunes avec 7 milliards d’euros mis sur la table…

Tout à fait. Cela va permettre aux entreprises, dans tous les secteurs, d’avoir une aide de 4 000 € sur un an pour chaque recrutement.

Quelque 30 milliards d’euros vont également être consacrés au verdissement de l’économie…

Ce plan un pas de géant pour la transition écologique en France. Les transports bénéficieront de près de 11 milliards d’euros au total. Dont plus de la moitié pour le secteur ferroviaire, notamment pour les petites lignes. La modernisation de la ligne Lamballe-Dinan-Dol va ainsi être accélérée. Près de 7 milliards seront aussi alloués à la rénovation énergétique des bâtiments : cinq milliards pour les bâtiments publics et deux milliards pour les ménages dont les maisons sont de véritables passoires thermiques.

Et l’agriculture, autre pilier économique du département ?

La transition agricole n’est pas oubliée avec une enveloppe de 1,2 milliard d’euros, dont 350 millions pour développer une alimentation plus saine, plus durable et plus locale. Cette enveloppe nous permettra de moderniser les abattoirs et les élevages et d’améliorer le bien-être animal (250 millions) et d’investir pour moderniser les équipements agricoles. La plantation de 7000 km de haies est également à l’ordre du jour.

Un nouvel hôpital à Dinan ?

Et dans le domaine de la santé ? La crise sanitaire a pointé du doigt pas mal de carences…

Tout à fait. Le plan de relance prévoit une enveloppe de six milliards d’euros pour la santé. On va investir dans des équipements. Je pense à la rénovation des Ehpad ou à la modernisation de certains hôpitaux. Prenons le cas du groupement hospitalier de Dinan/Saint-Malo dont les bâtiments sont vétustes. Il faut saisir l’opportunité de ce plan de relance pour construire un hôpital unique.

Combien cela coûterait-il ?

Aux alentours de 90 millions d’euros. Le projet est prioritaire pour le territoire de santé de Dinan/Saint-Malo. Je pousse pour que très rapidement ce projet se mette en œuvre. J’ai déjà fait remonter au ministre concerné des éléments en ce sens. Un tel projet permettrait de créer de l’emploi.

Comment être sûr que toutes les régions bénéficieront équitablement de cette manne financière ?

Ce plan de relance doit effectivement être équitable et surtout ne doit pas se perdre dans le labyrinthe bureaucratique. Il ne faut pas renouveler l’expérience de 2008, où seulement la moitié de l’argent prévu pour le plan d’investissement d’avenir avait été débloquée.

Pour que ce plan de relance soit vraiment efficace, il y aura un guichet unique et un programme budgétaire unique. Autrement dit l’argent ne sera pas réparti entre plusieurs ministères. Chaque semaine, un comité interministériel fera le point. On regardera région par région où en sont les différents projets. Si certains d’entre eux tardent à voir le jour pour diverses raisons, les crédits prévus seront réaffectés à d’autres projets.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.