Hervé Berville, député de Dinan : "J'ai invité Jean Castex à... Matignon" - Le Petit Bleu

04 Fév 2022 Hervé Berville Presse

Encore trop tôt, dit Hervé Berville, pour le bilan de son mandat de député. En tout cas, il a probablement participé à battre le record de venues de ministres sur le territoire. 

Depuis le début de votre mandat, de nombreux ministres se sont rendus sur votre circonscription. Vous en prévoyez d’autres ?

Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques s’est rendue à Dinan, Quévert, Aucaleuc et Yvignac vendredi 21 janvier, sur des sujets liés à la santé, la formation et la fonction publique territoriale. J’espèrei, un jour, la venue du 1er Ministre, Jean Castex à… Matignon (commune située dans la circonscription de Dinan), qui m’a, pour l’instant, répondu favorablement. Ces invitations visent, chaque fois, à montrer aux ministres de quelle manière leur politique trouve écho sur les territoires. Et c’est aussi mettre en avant les acteurs de notre territoire. C’est une marque de considération pour des secteurs parfois éloignés lorsque des ministres se déplacent, viennent écouter et constater certaines problématiques ou difficultés. 

Y-a-t-il concurrence entre les députés pour faire venir ces ministres ?

Oui, les membres du gouvernement sont très demandés, alors il faut les convaincre. J’ai l’avantage d’être situé, à l’Assemblée Nationale, derrière le banc des ministres, ça facilite la transmission de petits messages en direct.  Avec mon équipe, nous sommes très vigilants sur les nouvelles initiatives des collectivités et des entreprises du secteur, afin de proposer un programme cohérent de visites aux invités. Tant que je n’ai pas de réponse, je continue à les… enquiquiner. Si celle-ci est négative, je demande pourquoi.

Qu’est ce que ces visites vous apportent ?

Le fait de partager ma fierté d’être habitant de ce territoire, de le valoriser et d’y faire connaître les politiques publiques qui s’y concrétisent. 

Combien de ministres sont venus récemment dans la circonscription de Dinan ?

Sébastien Cornu, Roselyne BachelotJoël GiraudElisabeth Moreno, Jean-Yves Le Drian et Julien de Normandie, cela fait six en moins de deux ans. N’oublions pas le passage par Broons et Fréhel, d’Emmanuel Macron, à l’occasion de visites bretonnes. Probablement un record ! Toutes ces visites reposent sur des occasions bien précises et font accélérer les dossiers : Roselyne Bachelot pour les 2M€ d’aides à la rénovation des remparts de Dinan ; Joël Giraud pour les conventions des Petites villes de Demain ; le président de la République pour annoncer la labellisation ‘Grand site’ de Fréhel, etc. 

Votre mandat arrive bientôt à son terme. Quels premiers enseignements en avez vous retiré ?

Je suis député jusqu’au 19 juin et il est trop tôt pour un bilan. Mais j’ai été frappé par la contradiction dans laquelle le parlementaire se trouve plongé. Il faudrait que l’on soit présent à chaque vote à l’Assemblée Nationale tout en étant présent dans sa circonscription. Autre paradoxe : on nous demande de simplifier la vie de nos concitoyen, d’alléger la bureaucratie, de donner plus de liberté aux entreprises mais tout sujet sur la place publique exige de nouvelles lois. Un effet des chaînes d’informations continues ? Les citoyens sont en attente de résultats immédiats mais le temps législatif n’est pas le temps médiatique.

Un exemple ?

Nous avons supprimé le numerus clausus qui limitait le nombre d’étudiants en médecine mais il faudra des années pour que cela ait un effet sur la démographie médicale. Idem pour les règles budgétaires que nous avons changées dans les hôpitaux. On peut multiplier les exemples sur la loi Egalim (meilleurs revenus aux producteurs agricoles face aux grandes surfaces) et autres. Il faut du temps pour rédiger une bonne loi, le débat parlementaire, les décrets d’application. 

Vous avez des solutions ?

Nous avons réformé le règlement en délimitant un temps nécessaire à l’étude d’une proposition ou d’un projet de loi. On doit encore pouvoir rationnaliser les débats parlementaires, réduire les délais de passage entre Assemblée Nationale et Sénat, faire que certains textes ne passent que par les commissions.

Vous envisageriez d’être élu local comme cela a failli se faire à Saint-Cast-le-Guildo où vous résidez ?

J’y songeais effectivement mais il y a eu la crise sanitaire et j’ai estimé que pour mon premier mandat c’était plus raisonnable de consacrer toute mon énergie au mandat de député. Je vois bien que les élus municipaux sont en première ligne dans le déploiement des politiques publiques, c’est un travail passionnant mais qui prend beaucoup de temps. Cela m’intéresse mais ce n’est pas le moment, là.

Etes-vous candidat pour un second mandat ? 

Nous n’y sommes pas encore mais disons qu’un 2e mandat ne serait pas de trop pour mener à bien ce qui a été commencé.


Articles similaires

Dernières publications

À Dinan, le député Hervé Berville au travail jusqu’au bout du mandat - Le Télégramme

France services, un espace multiple dédié à la population à Plancoët - Ouest France

Le collectif des maires de Rance a rencontré quatre parlementaires - Le Télégramme

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.