Mission

L'enveloppe de dons passera à 1,3 milliard d'euros en 2019, alors que les prêts étaient jusque-là privilégiés. Les priorités sont notamment l'Afrique et la formation des jeunes avec le développement d'une approche plus partenariale.

Afin de souligner la priorité que le gouvernement entend désormais porter à l'aide internationale, c'est, symboliquement, depuis le siège de l'Agence française pour le développement à Paris qu'un ministre des Affaires étrangères s'est exprimé pour la première fois, lundi.  Jean-Yves Le Drian a rappelé l'ambition du président Emmanuel Macron d'en faire « une politique d'investissement solidaire » dont les bénéfices pour notre pays « se traduisent en attractivité, influence et sécurité ». Alors que la France est à la traîne par rapport à d'autres puissances plus généreuses (voir graphique), ses moyens devraient atteindre 0,55 % du revenu national brut en 2022  (contre 0,43 % en 2017).

[...]

Dans un rapport remis en fin de semaine dernière au Premier ministre Edouard Philippe, le député Hervé Berville (LREM) a souligné « la distorsion grandissante entre les priorités et l'allocation de moyens » de la politique d'aide au développement française. L'Afrique reste ainsi le premier continent bénéficiaire de l'aide française, mais sa part dans l'aide totale nette est passée de 52 % à 41 % en 2016. Le soutien à 19 pays prioritaires oscille seulement entre 10 % et 15 % de l'aide totale nette. Quant à celle réservée aux pays du Sahel, elle est en baisse de 29 % par rapport à l'année précédente, souligne le rapport. Il constate également que ces dernières années, les activités de prêts favorisant les pays les moins risqués ont été privilégiées et que la part de l'aide à l'éducation est très faible ...


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.