Le député de Dinan pour une Bretagne sans département - Le Petit Bleu

04 Fév 2022 Hervé Berville Presse

A quels sujets les citoyens de la circonscription de Dinan vous sollicitent-ils le plus ?

Pour des questions administratives qu’ils ne comprennent pas nécessairement. Certaines situations sont kafkaïennes malgré notre loi de simplification de l’action publique. Comme dirait l’autre, simplifier, c’est complexe… Les gens viennent aussi à ma permanence pour comprendre des refus de permis de construire ou de placements de personnes âgées en établissement. La moitié des sujets relève de problématiques individuelles et locales. Je rencontre aussi des gens, des organismes, des syndicats, etc. qui veulent discuter de lois en cours d’élaboration. Quand une idée est intéressante, j’en fais part au rapporteur de la loi. Les rencontres sur le terrain peuvent faire remonter les idées en haut lieu.

Un exemple ? 

Une discussion avec le maire de Plancoët qui s’interrogeait sur le devenir d’une friche industrielle dans sa commune, et une possible aide de l’Etat. Un sujet important, au moment de la transition écologique et de la réduction de la consommation foncière agricole. J’en ai parlé à Edouard Philippe alors Premier ministre et Elisabeth Borne, alors ministre de l’Ecologie. La question a été prise en compte. J’ai la fierté de constater que sept des 15 communes du département ayant bénéficié du fonds friches sont situées dans cette circonscription. Autre exemple : la prime pour le personnel médico-social hospitalier (dans le cadre du Ségur de la Santé) n’avait pas été prévue pour les ehpads territoriaux comme j’ai pu l’entendre lors de la visite d’un établissement de la région dinannaise. Nous y avons travaillé avec la CFDT et j’ai écrit aux deux ministres concernés afin que tous les ehpads territoriaux y aient le droit. Des compensations ont été versées par l’Etat. A métier égal, on doit avoir reconnaissance égale. 

Vous regrettez d’ailleurs des disparités d’un territoire à l’autre, en terme de politiques de solidarité ?

Oui, les 30 ans de décentralisation ont abouti à un creusement des inégalités entre les territoires. La question des personnes âgées comme du handicap doit relever de politiques nationales. Les citoyens ne comprennent plus des écarts de prise en charge en ehpad d’un à trois, selon le département où vous vous situez. Le social fait en effet partie des compétences départementales tout en étant régi par des règles nationales. Or, les Départements n’ont pas tous les mêmes moyens. On peut donc imaginer des politiques de solidarité nationalisées (cela a été le cas pour le RSA) afin qu’elles soient équitables d’un territoire à un autre. 

Vous mettez donc des limites à la décentralisation ? 

Je ne suis pas pour un système fédéral avec autonomie fiscale comme on le voit en Espagne où les écarts se creusent entre les régions. Je suis pour la différenciation, c’est à dire partisan d’une collectivité bretonne unique car elle a une histoire et une cohérence. Une Bretagne sans département comme c’est le cas de l’Alsace. Au début, c’était cela la Loi NOTRE, qui a engendré de grandes régions, mais a conservé les départements et engendré de trop grandes intercommunalités. Elle n’a pas clarifié les compétences des uns et des autres, ce qui crée des doublons. La question du transport, par exemple, peut être entre les mains de cinq acteurs publics différents. Il faut continuer la simplification. Les citoyens ne veulent pas plus de décentralisation mais davantage de déconcentration des services de l’Etat. C’est ce que nous faisons notamment avec les Maisons France Service, au nombre de une par canton et qui sont plébiscitées.  


Articles similaires

Dernières publications

À Dinan, le député Hervé Berville au travail jusqu’au bout du mandat - Le Télégramme

France services, un espace multiple dédié à la population à Plancoët - Ouest France

Le collectif des maires de Rance a rencontré quatre parlementaires - Le Télégramme

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.